faire image de la pensée

Brouil­lons, notes, pro­jets, maque­ttes, sché­mas, pro­to­types, nota­tions de natures diverses : ces pro­duc­tions sont issues de moments et d’états précé­dants la final­i­sa­tion d’une œuvre. Leurs valeurs sont ainsi prospec­tives et rétro­spec­tives. Elles annon­cent ou anticipent l’émergence de l’objet achevé ; elles jus­ti­fient cer­tains choix faits par l’auteur ; elles nous font com­pren­dre, en créant un récit tan­gi­ble et vis­i­ble, cer­tains aspects du proces­sus de créa­tion. Elles par­ticipent à l’élaboration de l’objet final­isé, comme des témoins matériels, des résidus du proces­sus qui con­duit l’artiste à l’émer­gence de son œuvre. C’est dans la dépen­dance à cet œuvre, au terme de ce temps prospec­tif, que ces pro­duc­tions pren­nent leur sig­ni­fi­ca­tion.

Mais nous pour­rions les voir autrement : ne plus tenter de jus­ti­fier leur exis­tence en con­sid­érant l’objet final­isé comme un but, mais par­venir à cerner leurs spéci­ficités formelles et matérielles. Faire appa­raître en elles ce qui ne parle pas de l’œuvre achevée. Les arracher de la logique où elles jouent le rôle d’intermédiaire entre l’idée et sa réal­i­sa­tion, en les appréhen­dant comme des espaces autonomes d’expérimentation, comme des exer­ci­ces de la pensée.
D’ailleurs, ces pro­duc­tions de nature proces­suelles soulève d’autres prob­lé­ma­tiques : la sauve­g­arde, la sélec­tion et l’archivage de ces matéri­aux (quoi jeter ou garder ?), l’angoisse de ne jamais aboutir, l’ennui de la con­sul­ta­tion, le pas­sage du privée et​public.

BERTRAND LAN­THIEZ / RONAN LECREURER
26 février 2017

ESTE­BAN ANAV­I­TARTE / CAR­OLINA ALFRADIQUE suivi de la présen­ta­tion du projet d’oeuvre de DIOGO OLIVEIRA pour trans­fert de sup­port (1)
12 février 2017

MÉRYLL AMPE / MARIYA NIKI­FOROVA
05 février 2017

DADO AMARAL / BEN­JAMIN BOT­TINELLI
11 décem­bre 2016

votre commentaire