TRANSFERT DE SUPPORT DADO AMARAL

Dado Amaral a été le qua­trième artiste à passer par trans­fert de sup­port (2). Il nous a présenté des images faites par une camera perdue sous l’eau d’une riv­ière. Le cadre imposé par ce regard auto­mate est ce qui permet la con­struc­tion hasardeuse des paysages. Comme dans le texte de Guil­laume, des fig­ures diverses sont mises en scène ensem­ble sans qu’il y ait néces­saire­ment un récit qui sou­ti­enne leur présence et qui dévoile leur rela­tion. Pour Dado, les images faites par Daphné révè­lent aussi d’un exer­cice de l’hasard, du moment où elles sont le pro­duit d’une attente. Il a ainsi mis en valeur, pour fab­ri­quer son projet, une dimen­sion peu évi­dente mais tout aussi con­sti­tu­tive de la vidéo de l’artiste, autrement dit l’état de con­tem­pla­tion et la pas­siv­ité néces­saire pour cap­turer des images d’oiseaux. À tra­vers la vidéo de Dado, le hasard devient le per­son­nage prin­ci­pal de la con­struc­tion des images et de leur cadrage pro­duit par un regard mécanique, laissé à la dérive sous l’eau de la riv­ière, et qui finit par trans­former le propre artiste en une figure parmi d’autres cap­turées au hasard.

— — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — —

um lance de dado / un coup de dé

une chose amène à l’autre.
un pas précède le pas suiv­ant.
une fenêtre ouverte nous amène à une vue.
peut-être qu’un oiseau tra­verse le cadre.
peut-être un avion qui laisse sa trace de fumé sur le bleu.
daphné a présenté le leit­mo­tiv.
après, guil­laume, angelo, maria et moi.
chacun avec ses moyens et ses thèmes.
mon truc c’est un pre­mier essai de tra­vailler sur ces images trou­vées.
des images sans pro­prié­taire.
des images involon­taires.
le hasard comme réal­isa­teur.

dado amaral, décem­bre 2017”

L’artiste nous a présenté son projet d’oeuvre pour Trans­fert de Sup­port (2) le 22 octo­bre 2017

votre commentaire