matière-commune

Matière com­mune est un espace de recherche et de créa­tion théâ­trale qui explore dans l’interface du réel et de la fic­tion. À tra­vers l’interaction des méth­odes et des con­cepts pro­pres aux sci­ences sociales et des méthodolo­gies et des dis­posi­tifs provenant des arts de la scène, l’objectif est de ne trou­ver de points de fric­tion, de dia­logue et de con­t­a­m­i­na­tion entre les codes de l’art et de la sci­ence. Le résul­tat des lab­o­ra­toires créat­ifs sont des expéri­ences scéniques, au croise­ment entre la per­for­mance et l’improvisation scénique. 

Lab­o­ra­toire I, Ate­liers Partagés, Grands Voisins. De mars à juin 2016
Avec Car­olina Alfradique, Luciana Araujo, Flo­ren­cia Dan­silio, Manuel Rodriguez, Diogo Oliveira

Une date comme point de départ, le 12 jan­vier 2012.
Une ville comme des­ti­na­tion, Paris.
Des mails, des sou­venirs, des musiques, des objets qui retra­cent le trajet.
Un exper­i­ment sci­en­tifique avec la mémoire comme résul­tat.

Étrangers, Cachan, Juin 2017.
Rési­dence de créa­tion coor­don­née par Flo­ren­cia Dan­silio et Flo­ren­cia Lind­ner
Avec Car­olina Alfradique, Este­ban Anav­i­tarte, Luciana Araujo, Manuel Rodriguez, Diogo Oliveira, et la colab­o­ra­tion de Inés Dahn et Vin­cent Pouy­dessau

« Le but de cet essai est d’étudier, dans le cadre d’une théorie générale de l’interprétation, la sit­u­a­tion typ­ique dans laque­lle se trouve un étranger lorsqu’il s’efforce d’interpréter le modèle cul­turel du nou­veau groupe social qu’il aborde et de s’orienter en son sein »
« L’Étranger » d’Alfred Schutz. 

Com­ment peut-on s’approprier d’un espace étranger et le rendre fam­i­lier ?
Com­ment peut_on, au sein d’un espace quo­ti­dien déjà tracé, trou­ver des recoins incon­nus ? Entre l’affirmation du moi et la con­struc­tion d’un nous scénique, entre la redé­cou­verte du ter­rain quo­ti­dien et la jux­ta­po­si­tion d’univers de sig­ni­fi­ca­tions dif­férentes, oscille ce tra­vail de créa­tion dans le croise­ment du théâtre et de l’audiovisuel.